#EusprYng Episode 12 : Sajjad Karim aimerait que cette fois ce soit vraiment différent

Du 22 au 25 mai dernier, 43% des électeurs Européens se sont rendus aux urnes pour élire leur représentants Parlement européen (PE). Cette année la campagne électorale avec pour slogan « cette fois c’est différent ». Mais est-ce vraiment si différent ? Cette semaine, rencontrez Sajjad Karim, il se présente à la course de la présidence du Parlement européen. Et il aimerait vraiment que cette fois ce soit différent.

Maintenant que les groupes politiques sont enfin formés et que Jean-Claude Juncker a été formellement désigné comme Président de la Commission européenne par les chefs d’États et de gouvernements le 27 juin 2014, une autre bataille commence : celle pour la présidence du Parlement européen. Enfin pas vraiment… Car il existe un tradition (pour ne pas utiliser un autre mot) au sein de la maison qu’est le Parlement européen qui veut que la présidence du PE, d’une durée de cinq ans, soit partagée entre le centre-droit ou groupe PPE et les sociaux-démocrates ou groupe S&D, chaque groupe occupant le poste deux ans et demi.

Mais le résultat des élections de cette année, qui a permis a bon nombre d’eurosceptiques et nationalistes, de faire leur entrée dans l’hémicycle sonne comme un coup de semonce pour les groupes politiques politiques et notamment les deux plus gros, le PPE et le S&D donc. Que nenni les deux groupes ont décidé de continuer leur cuisine comme avant et de se partager la présidence. Mais depuis quelque temps un irréductible… britannique tente de secouer le poirier institutionnel parlementaire. Il s’appelle Sajjad Karim donc, c’est un conservateur qui siège avec le groupe des Conservateurs et Réformistes Européens.

M. Karim semble être le seul, ou tout du moins le premier a se rendre compte que les électeurs on envoyé un signe montrant leur désespoir quant au fonctionnement de l’Union européenne. Il estime que si l’institution elle-même promet à grands renforts de slogan que « cette fois c’est différent », alors peut-être faudrait-il faire les choses différemment : autrement dit ne pas négocier à l’avance la répartition de la présidence du PE ! Cela semble simple mais dans la réalité européenne les choses ne sont jamais ni simples ni claires.

En se  lançant dans une « vraie » campagne pour la présidence du PE,  en ligne avec le #Yesitstime, auprès des eurodéputés nouvellement élus et dans les médias, en disant haut et fort que les Européens ont besoin que les choses changent au niveau des institutions et des membres qui les composent, Sajjad Karim donne un visage à ce qu’un véritable homme politique européen peut être.

Pour en connaître plus à son sujet et débattre de sa vision pour l’Union européenne, n’hésitez pas à utiliser Twitter (en anglais).