#EusprYng Episode 5: Rencontrez nos personnages espagnols

Cette semaine rencontrez nos personnages espagnols : Dario Castañé, le Pirate et Luis Cereijo, le Lobbyiste.

Dario Castañé, le Pirate

 

Dario Castane a 28 ans, il est de Barcelone, en Catalogne et il est tête de liste pour la Confederación Pirata en Espagne. Il travaille comme administrateur système (un informaticien ou un geek,après tout il est Pirate !). Pendant son temps libre, il aime créer des sites internet qui traitent de politique, la culture libre et des façons concrètes pour améliorer la marche du monde. Il est aussi accro à Twitter alors n’hésitez pas à discuter et à engager le débat avec lui !

Selon lui, les États membres de l’Union européenne doivent coopérer beaucoup plus au lieu de rivaliser les uns avec les autres. Il considère que la confrontation des cultures et points de vue des divers pays européens peuvent se traduire par des politiques viables. Selon lui, c’est de cette façon que l’Union réussira à affronter les principaux enjeux auxquels elle est confrontée. « Le projet européen correspond à cette idée ». Pour lui, les États-Unis d’Europe comme projet commun va aider à l’amélioration de la marche du monde.

Dario s’intéresse à la politique depuis son plus jeune âge, il a découvert le fonctionnement et les problèmes de la société en lisant des journaux et des magazines. Mais il a véritablement sauté le pas il y a quatre ans lorsque sa mère est tombée malade. C’est à ce moment-là qu’il a personnellement constaté que le système (social et politique) en Espagne ne fonctionnait pas pour elle.

Il rejoint le Parti Pirate qui se crée au même moment en Catalogne.Il dit l’avoir choisi car il aime bien l’idée d’être un Pirate ! Plus sérieusement, selon lui les Pirates ont un fonctionnement démocratique en interne que les autres partis ne possèdent pas. D’ailleurs, Dario estime que les partis «traditionnels» sont plus intéressés par le bulletin de vote des gens que par la voix des citoyens.

Il est notre Pirate !

Luis Cereijo, le Lobbyiste

 

Luis Cereijo a 27 ans, il est étudiant en Espagne. En Février dernier, il a été élu Président du CREUP, le Syndicat des étudiants des universités publiques espagnoles. Avant cela, il était le Président de l’Union locale de son Université, à Alcalá. Il s’est présenté à ces différentes fonctions parce qu’il veut « changer les choses, pour renforcer la coopération [entre les universités espagnoles] et pour une meilleure université dans ma ville, ma région et mon pays ». Selon lui, « maintenant, c’est le moment de s’engager, ce n’est pas le moment de s’asseoir à la maison, c’est le moment de parler et de se battre ! »

CREUP défend les droits des 800 000 étudiants en Espagne. Le syndicat se bat pour améliorer le système universitaire public. CREUP fait également partie de l’European Students Union (ESU, le syndicat européen des étudiants). Dans ce cadre, ils vont faire « pression » sur les candidats, de tous les partis, aux élections parlementaires européennes et leur demander de s’engager grâce à leur manifeste  » Votez pour l’éducation ».

Au sein de la zone euro, l’Espagne a l’un des taux de chômage chez les jeunes les plus élevés. Malgré cela et alors que les frais universitaires ont doublé, depuis trois ans il y a eu d’importantes coupes budgétaires dans l’éducation, les subventions et les services sociaux adressés aux les jeunes. Cette situation a poussé de nombreux jeunes Espagnols à quitter leur pays pour tenter leur chance ailleurs en Europe et dans le monde.
Pourtant, « nous les jeunes » Espagnols, affirme Luis, « nous ne sommes pas prêts à renoncer à notre avenir [...] et nos rêves ».

Il est notre lobbyiste!