#EusprYng Episode 7 : Des jeunes à l’initiative du premier grand débat présidentiel de l’UE

Le 28 avril dernier se déroulait à Maastricht, Pays-Bas, le premier débat présidentiel de l’UE, pour la Commission européenne, avec (presque) tous les candidats. Apparemment le candidat pour l’extrême gauche, Alexis Tsipras, aurait décliné l’offre sous prétexte de ne pas vouloir participer à un débat en anglais.

Mais tous les autres étaient bien là.Il y avait donc :

  • Ska Keller, est la plus jeune candidate dans la course à la présidence et se présente pour le groupe des Verts. Retrouvez ici son portrait dressé il y a quelques semaines. Elle siège actuellement au Parlement européen pour les allemands;

Ce débat était un objet politique télévisuel assez exceptionnel pour plusieurs raisons. Tout d’abord il a été pensé et organisé par les jeunes professionnels du Youth Forum ou Forum de la jeunesse. Ils ont proposé cette idée de débat à Euronews, qui a ensuite apporté les moyens techniques nécessaires, il y a de cela plusieurs mois coiffant au poteau le grand débat organisé par l‘Union des chaînes de radios et télévisions publiques européennes (EBU) qui lui aura lieu le 15 mai prochain ! Donc chapeau bas !

Ensuite le débat a eu lieu à l’Université de Maastricht devant plus de 600 jeunes. Trois jeunes ont été désignés pour poser chacun une question aux candidats.

#EusprYng est allé à la rencontre des candidats après le débat pour leur demander quel sera le premier acte concret qu’ils effectueront une fois désigné. Voici leurs réponses :

 

 (Consultation sur appareil mobile : toutes nos vidéos ici)

La première préoccupation des jeunes européens (comme pour beuacoup d’ailleurs) aujourd’hui et depuis le début de la crise est l’emploi. Chaque candidat a sa vision quant à comment enrayer le chômage des jeunes du crédit aux entreprises à la mise en œuvre  la garantie jeunesse. La quoi ?!

La garantie jeunesse est un dispositif pensé et mis en place par les institutions européennes avec un petit budget de 6 milliards € (donc un goutte d’eau au niveau du budget européen qui est lui-même peu conséquent pour 28 États membres et 500 millions de citoyens mais bon ce n’est pas le sujet aujourd’hui donc passons). Cet argent doit inciter les Etats membres à mettre en place des dispositifs pour assurer au jeunes européens de moins de 25 ans un emploi ou une formation dans les quatre mois après leurs études ou la perte de leur emploi. Comment un Etat peut réussir à enrayer le chômage (parfois endémique) des jeunes grâce à cela c’est un mystère… Mais admettons.

N’hésitez pas à réagir aux réponses des candidats et bien entendu à engager le débat avec eux sur les réseaux sociaux.